CompuGroup Medical
Synchronizing Healthcare

Découvrez tout sur la vision, la mission et les personnes qui façonnent CompuGroup Medical dans le monde. Vous trouverez également ici des informations, des documents et d'autres publications pour les investisseurs.

A propos de nous
CGM France
Carrière
Eine junge Frau telefoniert mit ihrem Smartphone, während sie einen Tablet-PC hält
Côté presse
Eine Person sitzt auf einem Sofa und tippt auf einem Laptop, vor ihr steht eine Tasse

E-santé en France : une association des acteurs publics et privés

21 août 2023 | CompuGroup Medical
vitale

 

Le secteur de la e-santé c’est la rencontre de 2 secteurs, celui de la santé et celui du numérique. Porté par l’utilisation des outils, des services et des méthodes informatiques et électroniques, le numérique est aujourd’hui devenu un outil incontournable pour l’accès aux services de santé. De plus en plus présent dans la vie quotidienne des Français, le secteur de la e-santé apporte une réelle valeur ajoutée aux métiers et aux acteurs de la santé. Il a notamment pour vocation de faire progresser notre système de santé pour une meilleure prise en charge des patients.

 

Entre la prise de rendez-vous médicaux en ligne, le carnet de santé augmenté, la téléconsultation, le suivi médical à distance et la télé-expertise en ne citant qu’eux, les outils et dispositifs digitaux sont de plus en plus nombreux. L’objectif : répondre aux besoins concrets des patients, mais aussi des professionnels de santé.

 

L’e-santé associe ainsi à la fois des acteurs publics et des acteurs privés. Mais qui sont les principaux acteurs en e-santé ? Quelles sont leurs applications concrètes au quotidien ? C’est ce que nous allons explorer dans cet article.

 

I. Les acteurs publics

 

A. Le ministère des Solidarités et de la Santé

 

Le ministère des Solidarités et de la Santé est l’administration française chargée de la mise en œuvre de la politique du gouvernement dans les domaines des affaires sociales, de la solidarité et de la cohésion sociale, de la santé publique et de la protection sociale. Depuis mai 2022, il est divisé en deux ministères distincts : le ministère de la Santé et de la Prévention et le ministère des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées.

Il est chargé de superviser et de réglementer le domaine de la santé en France. Son rôle principal est ainsi de promouvoir, protéger et améliorer la santé des citoyens français.

Ses services sont répartis en grandes directions générales organisées en missions telles que :

- la Direction Générale de la Santé (DGS), qui élabore la politique de santé publique et contribue à sa mise en œuvre

la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) qui a donc pour mission de construire l’offre de soins de demain. L'entité réunit toutes les organisations, institutions et ressources intervenant en matière de santé, de recherche ou de formation.

la Délégation ministérielle au Numérique en Santé (DNS) qui est chargée de fluidifier la coordination entre les professionnels de santé et de développer des innovations thérapeutiques et organisationnelles.

D’autres directions transverses appuient le ministère comme les études et les statistiques, les affaires juridiques, l’international ou encore la communication.

Concernant la e-santé, la mission première du ministère de la santé est le pilotage de la transformation numérique, en définissant la stratégie nationale à suivre et en fournissant les ressources nécessaires au déploiement de la e-santé. En effet, pour répondre à certains des défis de ces dernières années (notamment l’égal accès aux soins sur l’ensemble du territoire et la prise en charge durant des épidémies), le numérique apporte de nouveaux usages comme la télémédecine, une pratique innovante pour les patients et les professionnels de santé.

 

En savoir plus sur le rôle de la e-santé dans la prévention : https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/articles/2022/la-e-sante-un-outil-de-prevention.html

 

B. Les Agences Régionales de Santé (ARS)

 

Créées en 2010, les Agences Régionales de Santé sont des établissements publics, autonomes moralement et financièrement, placés sous la tutelle du Ministère des Solidarités et de la Santé. Elles inscrivent la gouvernance du système de santé dans un cadre global impliquant l’ensemble des acteurs de santé.

Transversales et territoriales, elles sont l’interlocutrice unique de tous les acteurs en région. En ce sens, elles sont souvent qualifiées de « préfectures sanitaires ».

Ainsi, elles agissent sur le champ de la santé dans sa globalité :

- la prévention et promotion de la santé

- la veille et sécurité sanitaires

- l’organisation de l’offre de soins en ambulatoire (médecine de ville) et en établissements de santé (hôpitaux…)

l’organisation de la prise en charge médico-sociale.

Elles développent une vision globale de la santé et décloisonnent les parcours de santé, tout en assurant une prise en charge de qualité, efficiente et sécurisée.

Sa mission dans la e-santé est d’encadrer la transformation numérique et d’accompagner les acteurs de terrain à l’échelle régionale et départementale.

Vous travaillez dans un GRADES et souhaitez des informations sur les solutions CGM ? Accédez à l’espace partenaire https://www.cgm.com/fra_fr/le-groupe/espace-dns-et-grades.html

 

C. L’Agence du Numérique en Santé (ANS)

 

L'Agence du Numérique en Santé est une agence placée sous l'autorité du Ministère des Solidarités et de la Santé. Elle contribue à l'amélioration du système de santé aux côtés de tous les acteurs, privés comme publics, professionnels ou usagers, grâce à la transformation numérique.

L’Agence du Numérique en Santé a pour mission de :

· définir des règlementations et les référentiels

· construire et déployer de grands programmes de e-santé

· former à la e-santé

· accompagner les industriels de logiciels médicaux.

Par exemple, l’ANS a eu un rôle clé dans le Ségur du numérique en Santé chez les éditeurs de logiciels.

En savoir plus sur le Ségur du numérique en Santé https://www.cgm.com/fra_fr/segur-numerique.html

 

II. Les acteurs privés

 

D. Les fédérations

 

1. FEIMA

La Fédération des Editeurs d’Informatique Médicale et paramédicale Ambulatoire (FEIMA) rassemble les éditeurs de logiciels métiers les plus importants du marché de la santé, pionniers de la numérisation du système de santé. La fédération regroupe au sein de quatre collèges une grande diversité d’acteurs industriels, PME et groupes de stature internationale.

 

Elle est en outre et surtout un interlocuteur clé des pouvoirs publics et des organisations représentatives des professionnels de santé. Son engagement dans la e-santé est sans faille depuis sa création.

 

2. Les entreprises de télémédecine (LET)

 

Créée en 2019, Les Entreprises de Télémédecine (LET) est une association regroupant les acteurs privés de la télémédecine en France. Elle a pour objectif de promouvoir le développement de la télémédecine en France auprès des patients, des professionnels de santé et des pouvoirs publics.

L’association met en place des actions visant à :

- apporter une réponse concrète face aux problématiques d’accès aux soins

- promouvoir et favoriser les usages de la télémédecine au travers de l’information et de la formation de tous les acteurs (patients et professionnels de santé)

- apporter un éclairage pratique des usages et améliorer les connaissances du secteur par un partage de données utiles.

 

Par le biais de la télémédecine, le numérique en santé se développe de plus en plus en France.

 

Pour aller plus loin sur la télémédecine, consultez nos autres articles : https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/topic/telemedecine.html

 

3. Numeum

 

Numeum est né de la fusion de Syntec Numérique et TECH IN France (anciennement l’Association Française des Éditeurs de Logiciels et solutions internet).

Représentant les Entreprises de Services du Numérique (ESN), les éditeurs de logiciels, les plateformes et les sociétés d'Ingénierie et de Conseil en Technologies (ICT), l’association a pour vocation de rassembler les éditeurs et sociétés internet autour d'un esprit de communauté et d'être le porte-parole de l'industrie numérique en France.

L’association entend généraliser et démocratiser la formation numérique et encourager le développement des éditeurs de logiciels.

 

4. France Digitale

 

Créée en 2012, France Digitale est une association qui regroupe l’ensemble des start-up avec pour objectif principal de défendre l’innovation en France et en Europe. Dans le domaine de la e-santé, elle compte aujourd’hui plus de 200 acteurs (startups et entreprises de capital-risque) et a pour mission de permettre le déploiement de l’innovation en santé, au travers de solutions développées par des startups françaises.

 

Pour cela, la Task Force Santé de l’association organise régulièrement des cercles d’échange entre acteurs de la e-santé, leur fait bénéficier d’informations privilégiées, et élabore des positions communes vis-à-vis des réglementations françaises et européennes.

 

E. Les éditeurs de Logiciels de Gestion de Cabinet (LGC)

 

Les éditeurs de logiciels de gestion de cabinet conçoivent et développent des offres de logiciels et de services numériques à destination première des professionnels de santé, mais aussi de leurs patients

 

Elles ont pour vocation de les accompagner dans leurs pratiques quotidiennes, qu’elles soient administratives ou médicales, dans un souci constant d’efficacité et de confort pour le praticien, mais aussi d’une coordination et d’un suivi optimal du parcours de soin des patients.

 

C’est pour cela, que les éditeurs ont à cœur de simplifier et fluidifier les interactions avec les acteurs de l’écosystème sanitaire et social, ce qui peut être trouvé dans des projets historiques comme le Ségur de la santé.

 

Aujourd’hui, plus de 80 % des professionnels de santé libéraux sont équipés d’un logiciel de gestion de cabinet qu’ils soient médecins, paramédicaux, sages-femmes, pharmaciens ou chirurgiens-dentistes. La tendance étant également à la responsabilisation du patient dans sa santé, de plus en plus d’éditeurs de logiciels enrichissent leurs solutions pour améliorer la relation médecin-patient.

 

Découvrir CLICKDOC PRO, les services CGM qui facilitent la relation médecin-patient. https://www.cgm.com/fra_fr/produits/organisation-du-cabinet/clickdoc-pro-agenda-rendez-vous-en-ligne.html

 

F. Les start-up de l’e-santé

 

En France, les start-ups dans la santé se sont fortement développées au cours des cinq dernières années. En effet, trois enjeux majeurs sont nés autour du marché de la santé connectée : suivi de la médecine à distance, traitement des données personnelles et rapprochement entre les médecins et les patients. De fait, le marché de l’e-santé s’est profondément transformé avec les startups de la médecine numérique.

 

En 2023, France Digital a comptabilisé via un mapping dédié 243 start-up intervenant sur : l’interopérabilité, la médecine personnalisée digitale, la prise en charge du handicap, l’assistance aux personnes âgées, le bien-être des patients, la sécurité des données médicales, le parcours de soin digitalisé, l’aide au diagnostic, la gestion des documents, la prise de rendez-vous, le recrutement médical, la téléconsultation ou encore la performance & Data hospitalière, la télésurveillance ou la simulation en santé.

 

Parmi les start-up de l’e-santé, CompuGroup Medical a fondé un partenariat avec IDP Santé dans le cadre de l’application SmartPredict, un dispositif médical complet, objectif et mobile permettant de mesurer de manière préventive la fragilité des personnes. Il s’agit ainsi d’une aide au diagnostic à destination du corps médical pour mesurer les signes avant-coureurs de chute des personnes âgées ou fragilisées.

 

IDP Santé et CompuGroup Medical ont gagné les Talents de la e-santé avec l’application SmartPredict : https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/articles/2023/smart-predict-un-partenariat-d-avenir-pour-l-autonomie-des-personnes-agees-et-fragiles.html

 

III. Des acteurs engagés dans la stratégie d’émergence de l’e-santé en France

 

Afin d’accompagner les acteurs du système de soins dans le virage numérique et de permettre à la France de rester à la pointe en matière d’innovation, le gouvernement a lancé, dans le cadre de France 2030, une stratégie d’accélération « Santé Numérique ». Parmi cette stratégie nous trouvons la stratégie « Ma Santé 2022 » annoncée en septembre 2018 par le président de la République, et qui propose une transformation profonde du système de santé français et de son fonctionnement via l’e-santé.  

Pour les acteurs engagés dans ces stratégies, les objectifs sont de :

  • simplifier les démarches administratives des patients (admission, prise de rendez-vous en ligne, etc.) et outiller la démocratie sanitaire à l’aide d’une plateforme numérique facilitant la consultation et la participation des usagers
  • encourager la transition d’une médecine curative, vers une médecine des 3 P : préventive, prédictive et personnalisée
  • favoriser l’émergence d’un écosystème important de l’e-santé en France, capable de s’imposer sur un marché mondial compétitif
  • traiter de manière sécurisée et éthique la donnée de santé.

 

En effet, la France veut se positionner comme un leader mondial du secteur. Pour cela, le Ministère des Solidarités et de la Santé a lancé en 2021, le volet numérique du Ségur de la santé qui consacre 2 milliards d’euros aux professionnels de santé et aux éditeurs de logiciels métier pour généraliser, sur tout le territoire, le partage sécurisé des données entre professionnels et patients, grâce à une harmonisation et une optimisation des outils numériques.

 

A cette occasion, CGM a interviewé le Docteur Pierre Simon, expert reconnu de la télémédecine, sur ce projet historique vu par les médecins https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/articles/2022/interview-du-dr-pierre-simon-le-segur-de-la-sante-vu-par-les-medecins.html

 

Par ailleurs, le 17 mai dernier, la Délégation du Numérique en Santé a présenté la feuille de route du numérique en santé 2023-2027. Nommée "Mettre le numérique au service de la santé", cette feuille de route s’articule autour de quatre axes de la politique du numérique en santé, avec comme priorité principale de sécuriser l’arrivée du programme Ségur numérique et les ambitions de Mon espace Santé :

·       prévention : développer la prévention et rendre chacun acteur de sa santé

·       prise en charge : dégager du temps pour tous les professionnels de santé et améliorer la prise en charge des personnes grâce au numérique

·       accès à la santé : améliorer l’accès à la santé pour les personnes et les professionnels qui les orientent

·       cadre propice : déployer un cadre propice pour le développement des usages et de l’innovation numérique en santé

 

En somme, la e-santé en France se caractérise par une collaboration étroite entre acteurs publics et privés, offrant des solutions novatrices pour améliorer la prise en charge médicale et l’accessibilité aux soins. Cette convergence prometteuse entre la santé et le numérique souligne l’engagement du pays dans une transformation vers des soins plus préventifs, personnalisés et efficaces. Et nous sommes fiers de contribuer à ce mouvement.

 

Acteur majeur de la e-santé depuis plus de 30 ans, CompuGroup Medical a évidemment répondu présent pour participer à ce virage historique de notre système de santé. Ses logiciels Acteur.fr, AxiSanté et HelloDoc ont ainsi été référencés Ségur par l’ANS en 2021.  En étant parmi les premiers à intégrer le volet numérique du Ségur dans ses logiciels de gestion de cabinet, CGM a affirmé son positionnement de leader sur le marché ambulatoire, ainsi que son engagement dans l’amélioration du système de santé au service des professionnels et de leurs patients

 

CompuGroup Medical signe la charte e-santé https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/articles/communique-de-presse/2020/compu-group-medical-engage-pour-la-e-sante-signe-la-charte-du-ministere-des-solidarites-et-de-la-sante-1.html

 

Entre la prise de rendez-vous médicaux en ligne, le carnet de santé augmenté, la téléconsultation, le suivi médical à distance et la télé-expertise en ne citant qu’eux, les outils et dispositifs digitaux sont de plus en plus nombreux. L’objectif : répondre aux besoins concrets des patients, mais aussi des professionnels de santé.

 

L’e-santé associe ainsi à la fois des acteurs publics et des acteurs privés. Mais qui sont les principaux acteurs en e-santé ? Quelles sont leurs applications concrètes au quotidien ? C’est ce que nous allons explorer dans cet article.

 

I. Les acteurs publics

 

A. Le ministère des Solidarités et de la Santé

 

Le ministère des Solidarités et de la Santé est l’administration française chargée de la mise en œuvre de la politique du gouvernement dans les domaines des affaires sociales, de la solidarité et de la cohésion sociale, de la santé publique et de la protection sociale. Depuis mai 2022, il est divisé en deux ministères distincts : le ministère de la Santé et de la Prévention et le ministère des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées.

 

Il est chargé de superviser et de réglementer le domaine de la santé en France. Son rôle principal est ainsi de promouvoir, protéger et améliorer la santé des citoyens français.

 

Ses services sont répartis en grandes directions générales organisées en missions telles que :

-          la Direction Générale de la Santé (DGS), qui élabore la politique de santé publique et contribue à sa mise en œuvre

-          la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) qui a donc pour mission de construire l’offre de soins de demain. L'entité réunit toutes les organisations, institutions et ressources intervenant en matière de santé, de recherche ou de formation.

-          la Délégation ministérielle au Numérique en Santé (DNS) qui est chargée de fluidifier la coordination entre les professionnels de santé et de développer des innovations thérapeutiques et organisationnelles.

 

D’autres directions transverses appuient le ministère comme les études et les statistiques, les affaires juridiques, l’international ou encore la communication.

 

Concernant la e-santé, la mission première du ministère de la santé est le pilotage de la transformation numérique, en définissant la stratégie nationale à suivre et en fournissant les ressources nécessaires au déploiement de la e-santé. En effet, pour répondre à certains des défis de ces dernières années (notamment l’égal accès aux soins sur l’ensemble du territoire et la prise en charge durant des épidémies), le numérique apporte de nouveaux usages comme la télémédecine, une pratique innovante pour les patients et les professionnels de santé.

 

En savoir plus sur le rôle de la e-santé  dans la prévention : https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/articles/2022/la-e-sante-un-outil-de-prevention.html

 

B.      Les Agences Régionales de Santé (ARS)

 

Créées en 2010, les Agences Régionales de Santé sont des établissements publics, autonomes moralement et financièrement, placés sous la tutelle du Ministère des Solidarités et de la Santé. Elles inscrivent la gouvernance du système de santé dans un cadre global impliquant l’ensemble des acteurs de santé.

 

Transversales et territoriales, elles sont l’interlocutrice unique de tous les acteurs en région. En ce sens, elles sont souvent qualifiées de « préfectures sanitaires ».

 

Ainsi, elles agissent sur le champ de la santé dans sa globalité :

-          la prévention et promotion de la santé

-          la veille et sécurité sanitaires

-          l’organisation de l’offre de soins en ambulatoire (médecine de ville) et en établissements de santé (hôpitaux…)

-          l’organisation de la prise en charge médico-sociale.

 

Elles développent une vision globale de la santé et décloisonnent les parcours de santé, tout en assurant une prise en charge de qualité, efficiente et sécurisée.

 

Sa mission dans la e-santé est d’encadrer la transformation numérique et d’accompagner les acteurs de terrain à l’échelle régionale et départementale.

 

Vous travaillez dans un GRADES et souhaitez des informations sur les solutions CGM ? Accédez à l’espace partenaire https://www.cgm.com/fra_fr/le-groupe/espace-dns-et-grades.html

 

C.      L’Agence du Numérique en Santé (ANS)

 

L'Agence du Numérique en Santé est une agence placée sous l'autorité du Ministère des Solidarités et de la Santé. Elle contribue à l'amélioration du système de santé aux côtés de tous les acteurs, privés comme publics, professionnels ou usagers, grâce à la transformation numérique.

 

L’Agence du Numérique en Santé a pour mission de :

·       définir des règlementations et les référentiels

·       construire et déployer de grands programmes de e-santé

·       former à la e-santé

·       accompagner les industriels de logiciels médicaux.

 

Par exemple, l’ANS a eu un rôle clé dans le Ségur du numérique en Santé chez les éditeurs de logiciels.

 

En savoir plus sur le Ségur du numérique en Santé https://www.cgm.com/fra_fr/segur-numerique.html

 

II.       Les acteurs privés

 

D.     Les fédérations

 

1.             FEIMA

 

La Fédération des Editeurs d’Informatique Médicale et paramédicale Ambulatoire (FEIMA) rassemble les éditeurs de logiciels métiers les plus importants du marché de la santé, pionniers de la numérisation du système de santé. La fédération regroupe au sein de quatre collèges une grande diversité d’acteurs industriels, PME et groupes de stature internationale.

 

Elle est en outre et surtout un interlocuteur clé des pouvoirs publics et des organisations représentatives des professionnels de santé. Son engagement dans la e-santé est sans faille depuis sa création.

 

2.             Les entreprises de télémédecine (LET)

 

Créée en 2019, Les Entreprises de Télémédecine (LET) est une association regroupant les acteurs privés de la télémédecine en France. Elle a pour objectif de promouvoir le développement de la télémédecine en France auprès des patients, des professionnels de santé et des pouvoirs publics.

 

L’association met en place des actions visant à :

-          apporter une réponse concrète face aux problématiques d’accès aux soins

-          promouvoir et favoriser les usages de la télémédecine au travers de l’information et de la formation de tous les acteurs (patients et professionnels de santé)

-          apporter un éclairage pratique des usages et améliorer les connaissances du secteur par un partage de données utiles.

 

Par le biais de la télémédecine, le numérique en santé se développe de plus en plus en France.

 

Pour aller plus loin sur la télémédecine, consultez nos autre articles : https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/topic/telemedecine.html

 

3.             Numeum[PG1] [HJ2] 

 

Numeum est né de la fusion de Syntec Numérique et TECH IN France (anciennement l’Association Française des Éditeurs de Logiciels et solutions internet).

 

Représentant les Entreprises de Services du Numérique (ESN), les éditeurs de logiciels, les plateformes et les sociétés d'Ingénierie et de Conseil en Technologies (ICT), l’association a pour vocation de rassembler les éditeurs et sociétés internet autour d'un esprit de communauté et d'être le porte-parole de l'industrie numérique en France.

 

L’association entend généraliser et démocratiser la formation numérique et encourager le développement des éditeurs de logiciels.

 

4.             France Digitale[PG3] [HJ4] 

 

Créée en 2012, France Digitale est une association qui regroupe l’ensemble des start-up avec pour objectif principal de défendre l’innovation en France et en Europe. Dans le domaine de la e-santé, elle compte aujourd’hui plus de 200 acteurs (startups et entreprises de capital-risque) et a pour mission de permettre le déploiement de l’innovation en santé, au travers de solutions développées par des startups françaises.

 

Pour cela, la Task Force Santé de l’association organise régulièrement des cercles d’échange entre acteurs de la e-santé, leur fait bénéficier d’informations privilégiées, et élabore des positions communes vis-à-vis des réglementations françaises et européennes.

 

 

E.      Les éditeurs de Logiciels de Gestion de Cabinet (LGC)

 

Les éditeurs de logiciels de gestion de cabinet conçoivent et développent des offres de logiciels et de services numériques à destination première des professionnels de santé, mais aussi de leurs patients

 

Elles ont pour vocation de les accompagner dans leurs pratiques quotidiennes, qu’elles soient administratives ou médicales, dans un souci constant d’efficacité et de confort pour le praticien, mais aussi d’une coordination et d’un suivi optimal du parcours de soin des patients.

 

C’est pour cela, que les éditeurs ont à cœur de simplifier et fluidifier les interactions avec les acteurs de l’écosystème sanitaire et social, ce qui peut être trouvé dans des projets historiques comme le Ségur de la santé.

 

Aujourd’hui, plus de 80 % des professionnels de santé libéraux sont équipés d’un logiciel de gestion de cabinet qu’ils soient médecins, paramédicaux, sage-femmes, pharmaciens ou chirurgiens-dentistes. La tendance étant également à la responsabilisation du patient dans sa santé, de plus en plus d’éditeurs de logiciels enrichissent leurs solutions pour améliorer la relation médecin-patient.

 

Découvrir CLICKDOC PRO, les services CGM qui facilitent la relation médecin-patient. https://www.cgm.com/fra_fr/produits/organisation-du-cabinet/clickdoc-pro-agenda-rendez-vous-en-ligne.html

 

F.       Les start-up de l’e-santé

 

En France, les start-ups dans la santé se sont fortement développées au cours des cinq dernières années. En effet, trois enjeux majeurs sont nés autour du marché de la santé connectée : suivi de la médecine à distance, traitement des données personnelles et rapprochement entre les médecins et les patients. De fait, le marché de l’e-santé s’est profondément transformé avec les startups de la médecine numérique.

 

En 2023, France Digital a comptabilisé via un mapping dédié 243 start-up intervenant sur : l’interopérabilité, la médecine personnalisée digitale, la prise en charge du handicap, l’assistance aux personnes âgées, le bien-être des patients, la sécurité des données médicales, le parcours de soin digitalisé, l’aide au diagnostic, la gestion des documents, la prise de rendez-vous, le recrutement médical, la téléconsultation ou encore la performance & Data hospitalière, la télésurveillance ou la simulation en santé.

 

Parmi les start-up de l’e-santé, CompuGroup Medical a fondé un partenariat avec IDP Santé dans le cadre de l’application SmartPredict, un dispositif médical complet, objectif et mobile permettant de mesurer de manière préventive la fragilité des personnes. Il s’agit ainsi d’une aide au diagnostic à destination du corps médical pour mesurer les signes avant-coureurs de chute des personnes âgées ou fragilisées.

 

IDP Santé et CompuGroup Medical ont gagné les Talents de la e-santé avec l’application SmartPredict : https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/articles/2023/smart-predict-un-partenariat-d-avenir-pour-l-autonomie-des-personnes-agees-et-fragiles.html

 

III.         Des acteurs engagés dans la stratégie d’émergence de l’e-santé en France

 

Afin d’accompagner les acteurs du système de soins dans le virage numérique et de permettre à la France de rester à la pointe en matière d’innovation, le gouvernement a lancé, dans le cadre de France 20230, une stratégie d’accélération « Santé Numérique ». Parmi cette stratégie nous trouvons la stratégie « Ma Santé 2022 » annoncée en septembre 2018 par le président de la République, et qui propose une transformation profonde du système de santé français et de son fonctionnement via l’e-santé.  

 

Pour les acteurs engagés dans ces stratégies, les objectifs sont de :

  • simplifier les démarches administratives des patients (admission, prise de rendez-vous en ligne, etc.) et outiller la démocratie sanitaire à l’aide d’une plateforme numérique facilitant la consultation et la participation des usagers
  • encourager la transition d’une médecine curative, vers une médecine des 3 P : préventive, prédictive et personnalisée
  • favoriser l’émergence d’un écosystème important de l’e-santé en France, capable de s’imposer sur un marché mondial compétitif
  • traiter de manière sécurisée et éthique la donnée de santé.

 

En effet, la France veut se positionner comme un leader mondial du secteur. Pour cela, le Ministère des Solidarités et de la Santé a lancé en 2021, le volet numérique du Ségur de la santé qui consacre 2 milliards d’euros aux professionnels de santé et aux éditeurs de logiciels métier pour généraliser, sur tout le territoire, le partage sécurisé des données entre professionnels et patients, grâce à une harmonisation et une optimisation des outils numériques.

A cette occasion, CGM a interviewé le Docteur Pierre Simon, expert reconnu de la télémédecine, sur ce projet historique vu par les médecins https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/articles/2022/interview-du-dr-pierre-simon-le-segur-de-la-sante-vu-par-les-medecins.html

 

Par ailleurs, le 17 mai dernier, la Délégation du Numérique en Santé a présenté la feuille de route du numérique en santé 2023-2027. Nommée "Mettre le numérique au service de la santé", cette feuille de route s’articule autour de quatre axes de la politique du numérique en santé, avec comme priorité principale de sécuriser l’arrivée du programme Ségur numérique et les ambitions de Mon espace Santé :

·       prévention : développer la prévention et rendre chacun acteur de sa santé

·       prise en charge : dégager du temps pour tous les professionnels de santé et améliorer la prise en charge des personnes grâce au numérique

·       accès à la santé : améliorer l’accès à la santé pour les personnes et les professionnels qui les orientent

·       cadre propice : déployer un cadre propice pour le développement des usages et de l’innovation numérique en santé

 

En somme, la e-santé en France se caractérise par une collaboration étroite entre acteurs publics et privés, offrant des solutions novatrices pour améliorer la prise en charge médicale et l’accessibilité aux soins. Cette convergence prometteuse entre la santé et le numérique souligne l’engagement du pays dans une transformation vers des soins plus préventifs, personnalisés et efficaces. Et nous sommes fiers de contribuer à ce mouvement.

 

Acteur majeur de la e-santé depuis plus de 30 ans, CompuGroup Medical a évidemment répondu présent pour participer à ce virage historique de notre système de santé. Ses logiciels Acteur.fr, AxiSanté et HelloDoc ont ainsi été référencés Ségur par l’ANS en 2021.  En étant parmi les premiers à intégrer le volet numérique du Ségur dans ses logiciels de gestion de cabinet, CGM a affirmer son positionnement de leader sur le marché ambulatoire, ainsi que son engagement dans l’amélioration du système de santé au service des professionnels et de leurs patients

 

CompuGroup Medical signe la charte e-santé https://www.cgm.com/fra_fr/magazine/articles/communique-de-presse/2020/compu-group-medical-engage-pour-la-e-sante-signe-la-charte-du-ministere-des-solidarites-et-de-la-sante-1.html

Ça pourrait aussi vous intéresser…
IA et santé
Intelligence Artificielle et ChatGPT, l'avenir de la santé ?
 

L'intelligence artificielle (IA), qui est basée sur d...

Calendrier vaccinal
Calendrier vaccinal : une utilisation quotidienne par les médecins généralistes

Publié et mis à jour chaque année par le ministère de la Santé, le ...