CompuGroup Medical
Synchronizing Healthcare

Découvrez tout sur la vision, la mission et les personnes qui façonnent CompuGroup Medical dans le monde. Vous trouverez également ici des informations, des documents et d'autres publications pour les investisseurs.

A propos de nous
CGM France
Carrière
Eine junge Frau telefoniert mit ihrem Smartphone, während sie einen Tablet-PC hält
Côté presse
Eine Person sitzt auf einem Sofa und tippt auf einem Laptop, vor ihr steht eine Tasse

DMP et Mon Espace Santé : deux outils au service des patients et des professionnels de santé

14 septembre 2022 | CompuGroup Medical
Profil Yvon Merlière Directeur DMP

Gratuit, confidentiel et sécurisé, le Dossier Médical Partagé (DMP) est un carnet de santé numérique qui conserve et sécurise les informations de santé des patients en ligne, qu’ils s’agissent des synthèses médicales (pathologies, traitements, allergies), résultats d’examens ou encore les comptes rendus de consultation ou d’hospitalisation. Il permet au patient de prendre connaissance de ses données médicales et de les partager avec les professionnels de santé composant son équipe de soins, même à l’hôpital. Échange avec Yvon Merlière, ancien Directeur de la Mission DMP à la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie (CNAM), sur le DMP et son intégration dans Mon Espace Santé.

 

Quels sont les avantages du DMP ? 

Yvon Merlière - Le dossier médical partagé favorise tout d’abord la coopération entre professionnels de santé.

Le second avantage du DMP concerne la santé des patients. En ayant un dossier complet, les interactions médicamenteuses dangereuses sont réduites car les prescriptions de médicaments sont consignées sur le carnet de santé virtuel.

Et, en cas d’urgence, le DMP peut améliorer l’efficacité de la prise en charge et peut s’avérer particulièrement utile. Si l’état du patient présente « un risque immédiat pour sa santé » les médecins urgentistes et du Samu peuvent y accéder, tous ces accès en urgence sont tracés dans le dossier.

« En cas d’urgence, le DMP peut améliorer l’efficacité de la prise en charge »

 

Quels sont les inconvénients du DMP ? 

Y.M - Aujourd’hui le DMP présente deux inconvénients majeurs : son alimentation et sa lecture.

Selon les médecins, il est nécessaire de faciliter son alimentation en rendant automatique l’envoi des documents médicaux significatifs du logiciel métier vers le DMP et de structurer davantage ce dossier pour permettre une meilleure lisibilité des documents du patient. Par exemple en mettant en place un moteur de recherche ou encore en permettant la constitution d’une ligne de vie qui présente le classement chronologique des documents et donc des événements médicaux du patient.

>Vous n’êtes pas encore client, demandez votre logiciel référencé Ségur

>> Découvrez notre Guide Ségur interactif avec 4 cas d'usage

 

Pour quelle raison le DMP a-t-il été inclus dans Mon Espace santé ? 

Y.M - Le changement qui a eu lieu est surtout un changement de responsabilité donnée aux acteurs et un changement sémantique. En effet, pour construire le DMP on avait besoin de la participation des professionnels de santé qui devaient alimenter le DMP et le consulter régulièrement. Or cela n’était pas fait automatiquement par les médecins.

Il a donc été décidé de redonner la pleine responsabilité du remplissage et de la gestion du DMP aux patients. Désormais, à partir des documents médicaux transmis par l’équipe de soins du patient à l’aide de la messagerie sécurisée santé, le patient constitue, dans Mon Espace Santé, son dossier médical et sa synthèse dans la partie « profil médical ». Cette information est présentée, par le patient, directement au professionnel de santé qui le prend en charge via l’application « Mon Espace santé » sur son smartphone. Néanmoins, les professionnels de santé peuvent toujours consulter les documents médicaux transmis et contenus dans le DMP, qui reste toujours actif, notamment quand le patient ne dispose pas d’un smartphone ou s’il n’est pas en mesure, notamment en cas d’urgence, de communiquer avec le médecin qui le prend en charge. C’est la raison pour laquelle le DMP a été directement intégré dans Mon Espace Santé, la plateforme numérique de santé qui est ouverte pour chaque français depuis le 1er janvier 2022.

« Le changement qui a eu lieu est surtout un changement de responsabilité donnée aux acteurs. […] Désormais, à partir des documents médicaux transmis, […] le patient constitue dans Mon Espace santé, son dossier médical. »

Ainsi, le DMP permet de stocker et de partager les informations médicales… Mais à conditions d’une alimentation automatique du DMP à partir du logiciel métier du professionnel de santé ou par le patient lui-même à partir des documents médicaux transmis par messagerie sécurisée voire en photographiant un compte rendu d’examen, par exemple.

 

Qu’est-ce que le DMP apporte aux patients ? 

Chaque patient est libre de partager ses informations, ou non, avec son médecin traitant et autres professionnels de santé (kinésithérapeute, infirmier, pharmacien etc.). L’historique des soins des 12 derniers mois y est conservé, avec les antécédents médicaux (pathologie, allergies, etc.), les résultats d’examens (radio, analyses biologiques, etc.). On y retrouve aussi les comptes rendus d’hospitalisation, les directives anticipées, les coordonnées de la personne à prévenir en cas d’urgence ou de la personne de confiance.

Il s’agit en plus pour le patient d’un dossier confidentiel et sécurisé. Le médecin traitant est ainsi le seul à pouvoir accéder à l’ensemble du contenu du DMP, dans le cadre d’une consultation médicale. Le patient peut également choisir qui, parmi les autres médecins, peut accéder à son carnet de santé virtuel et quels documents chacun peut consulter. Il est en effet possible de bloquer l’accès des professionnels de son choix, d’ajouter ou de masquer certains documents. Il est aussi possible de supprimer son DMP. 

A partir du DMP, le patient peut :

  • ajouter ou masquer un document
  • gérer les accès à son DMP
  • fermer son DMP

Le fait d’avoir un DMP permet donc au patient d’être acteur de sa santé, de prendre la responsabilité d’accepter ou non, de suivre ou non ses traitements et de rentrer l’ensemble de ses données de santé.

« Le fait d’avoir un DMP permet donc au patient d’être acteur de sa santé, de prendre la responsabilité d’accepter ou non, de suivre ou non ses traitements et de rentrer l’ensemble de ses données de santé. »

 

Quel est l’apport du DMP pour les professionnels de santé ? 

Y.M - Le Dossier Médical Partagé permet au médecin de prendre connaissance des antécédents et des pathologies actuelles et anciennes, des médicaments prescrits d’un nouveau patient en ayant accès directement à son dossier médical. De même, le parcours de soins est amélioré ainsi que la qualité des soins, les professionnels de santé ayant toutes les informations du patient leur permettant de faire le meilleur diagnostic et de proposer les meilleurs traitements.

En effet, aujourd’hui, il y a plein d’informations qu’un patient stressé va oublier de donner juste avant son opération. Des examens inutiles seront alors réalisés ou des erreurs de prescription seront faites sur patient qui n’aura pas donné la bonne information médicale, ou refaits par sécurité.

 

Quelle implication des éditeurs de logiciels ?

Y.M - Pour les éditeurs de logiciels, il y a toute une partie du financement qui est dédié à l’envoi automatique de certains documents médicaux dans le DMP du patient via Mon Espace santé et à l’ergonomie du logiciel métier dans ses liens avec le DMP.

L’enjeu du Ségur de la Santé est de faciliter l’usage du DMP par les professionnels de santé en respectant le cadre d’interopérabilité des systèmes d’information de santé.

« L’enjeu du Ségur de la Santé est de faciliter l’usage du DMP par les professionnels de santé en respectant le cadre d’interopérabilité des systèmes d’information de santé. »

 

Quel est l’avis du professionnel sur les améliorations à réaliser sur le DMP?

Le DMP tel qu’il est conçu aujourd’hui est un dossier passif. Il permet de donner de l’information aux professionnels de santé prenant en charge le patient mais il s’agit finalement essentiellement d’un « je mets et je regarde l’information ».

Pour Yvon Merlière, il faudrait que ce DMP devienne actif c’est-à-dire que l’on utilise les informations du DMP pour aller plus loin et notamment pour la recherche médicale, en santé publique en permettant une analyse plus poussée des données de santé des patients pour l’évaluation des protocoles de soins mis en œuvre dans la « vraie vie » avec l’analyse des données du DMP sur des patients et pathologies comparables.

Au-delà de la performance et des économies, si on se coordonne mieux, demain, nous pourrions être mieux soignés.

 

 

Ça pourrait aussi vous intéresser…
Mentions légales