Please enable Javascript!

Témoignage utilisateur

Interview du Dr Bérengère Tourgeron

Dr Bérengère Tourgeron


Quelle est votre expérience sur la solution de téléconsultation CLICKDOC ?

J’ai commencé à l’utiliser depuis la mise en place du confinement. Je ne l’utilisais pas avant. Il a fallu s’adapter car on ferme les cabinets. CGM qui gère Axisanté, mon logiciel métier, m’a proposé gratuitement et très vite cette solution.

Que pensez-vous de cette solution de téléconsultation ?

Je trouve que c’est très bien. J’étais un petit peu réticente à la téléconsultation à la base, je préfère le face à face et je suis agréablement surprise. Je trouve que l’interface est très simple d’utilisation, ça marche très bien, on a une très bonne qualité de vidéo et de son, sauf si les patients n’ont pas une bonne couverture internet, et les patients sont très contents. J’ai vraiment un retour très positif de leur part. Comme il s’agit d’une version simple, il n’y a pas besoin pour eux de rentrer des données dans une fiche, il n’y a pas d’interface de paiement.

La téléconsultation a-t-elle changé la forme des consultations que vous faites habituellement ?

Curieusement non ! Je pensais qu’il y aurait des questions que l’on n’aborderait pas parce qu’il y a des choses que les patients ne peuvent pas dire en présence de leur famille par exemple. Mais en fait, il apparait que les patients s’adaptent très bien c’est-à-dire qu’ils s’organisent pour se mettre dans une pièce à part, insonorisée. Ils préviennent leur famille qu’ils sont en consultation et qu’il ne faut pas les déranger, ou alors pour ceux qui ont un jardin, ils vont au fond de leur jardin. Ils savent très bien s’isoler, et finalement, on se prend au jeu et on fait une consultation comme au cabinet c’est-à-dire qu’il y a une liberté de parole qui se met en place.

Et puis par ailleurs, l’ordonnance s’envoi facilement. C’est comme une consultation en présentiel donc c‘est très intéressant et c’est dû aussi au fait que les patients eux-mêmes s’adaptent et trouvent leur façon de faire pour bien s’isoler chez eux.

Face à ce constat positif, envisagez-vous de poursuivre la téléconsultation ?

En premier lieu ce sera toujours au cabinet car la convention prévoie que la téléconsultation est proposée vraiment en dernier recours, quand on n’a pas d’autre solution et que le patient est coincé chez lui.

Mais ce qui se passe pour moi qui n’en faisait pas du tout, c’est que je vais pouvoir proposer la téléconsultation aux femmes enceintes qui à partir du 8ème mois ne viennent plus en consultation jusqu’au 3ème mois du bébé et aux patients qui sont en déplacement à l’étranger.

*(interview réalisée le 10/04)